L’extrait se termine d’ailleurs sur une vision poétique qui nous entraîne vers un au-delà non prémédité comme l’indique la négation « sans le décider ». En effet, le paysage est animé « le soleil, la mer, elle baisse, baisse, laisse derrière elle les marécages bleus ». Même l’union nouvelle de Michael et A-Marie Stretter est présentée comme une communion dans le désarroi. L'histoire raconte comment un écrivain raconte la vie imaginée de son amie. Marguerite Duras publie Le ravissement de Lol V. Stein en 1964. Une fois de plus, elle reste énigmatique et insaisissable au point de devenir objet de curiosité pour ses pensées elles-mêmes « je me suis souvenu d’évènements contigus à ceux qui l’avaient vue ». Volonté d’écrire un roman d’un genre nouveau qui rompt avec les scènes attendues mais qui renouvelle aussi le traitement des personnages. La phrase déclarative à l’imparfait « j’étais là » et son attitude « reconnaît », « cette reconnaissance », le mot « pardon » et le jugement du narrateur le concernant « il doit savoir le reste de l’histoire aussi » renforce l’incertitude liée à ce souvenir. Lol V. Stein, dix-neuf ans, y danse avec son fiancé, Michaël Richardson. 4 – Marguerite Duras, Le Ravissement de Lol V. Stein, 1964. Sa main = sous les fleurs comme si elle se fondait dans le végétal. Le narrateur lui aussi est très étrange dans cette scène. Deux facettes de l’être 3. A cela s’ajoute un certain brouillage des points de vue: – plusieurs points de vue internes inclus dans celui de Jacques : Jacques Hold, amoureux de Lol, écrit cette histoire 15 ans plus tard en s’appuyant sur les points de vue de plusieurs autres personnages dont Tatiana. Depuis la parution du roman de Mme de La Fayette, La Princesse de Clèves, en 1678, la scène de bal est devenue un topos romanesque souvent associé à la rencontre amoureuse. Nous assistons comme elle au glissement d’une histoire amoureuse à une autre: « Elle commençait déjà la nouvelle histoire de Michael Richardson »…, – elle se relègue elle-même au fond de la salle, « derrière le bar » et les « plantes vertes ». L’expression « se trouva transportée » suggère qu’elle n’est plus une force agissante, elle est agie. Changer ), Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Elle n’est pas le sujet de la rencontre, ni l’objet, mais la spectatrice impuissante de son éviction du jeu amoureux. | L 11. Commentaire incipit le ravissement. Insistance donc sur le terme « dernière », La rencontre amoureuse de Michael constitue une perte, un abandon pour Lol : « Elle commençait déjà, la nouvelle histoire de Michael Richardson, à se faire. Type de narrateur et place du lecteur dans Le ravissement de Lol V. Stein de M. Duras Denise MALRIEU CNRS-PARIS X UMR 7114 MODYCO dmalrieu@u-paris10.fr 1 - Narrateurs et scènes énonciatives Dans la conclusion de son article sur l'angélisme narratif, Maingueneau (2000) dit très bien Elle voit son fiancé ravi par une autre, mais aussi ravi à lui-même. Cet évincement est également traduit par l’allitération en [S] l L 28 à 30 qui suggère le glissement d’une femme à l’autre. En terminant « Le Ravissement de Lol V. Stein » de Marguerite Duras, je ressens comme un soulagement, vraiment un gros soulagement, car ce livre est bien loin de nous offrir une «lecture détente ou plaisir», comme on dit... C'est vrai que j'ai eu du mal avec ce livre, je l'ai trouvé très inégal. On peut aussi voir un indice de cette volonté de détournement dans le motif du changement récurrent dans l’extrait, notamment à propos de Michael: « Il était devenu différent » L 5/ « sa nouvelle façon ». Il sera donc intéressant de voir si le pacte de lecture est présent dans cet incipit, quelle informations nous sont apportées sur le personnage principal de Lol et enfin d’étudier la position du narrateur. – comment cette scène de bal détourne les topoi romanesques de la rencontre amoureuse? Avertissez-moi par e-mail des nouveaux commentaires. Le Ravissement De Lol V Stein Lecture Analytique Page 1 sur 3 - Environ 29 essais Descriptif eaf1 (2011-2012) ... 3 – François Mauriac, Thérèse Desqueyroux, 1927. Mais quoi ? On note la récurrence du terme ‘changement » (3 fois en quelques lignes). – La danse s’accompagne de jeux de regards: champ lexical du regard avec des termes comme regardé L 2/ voir (2 fois) L 6, « cette vision » L 10/ « vu » L 17 / contemplé L 46etc, – Le bal est l’occasion d’émotions: Champ lexical des émotions: hyperbole « émotion si intense »/ préoccupation subite si envahissante L 2/ douleur L 7 souffrance/ peur L 14/ « la surprise émerveillée’ L 21. Le ravissement de Lol V. Stein est un roman publié en 1964, durant la période de diversification de Marguerite Duras. C’est le jour où elle revient à S. Tahla, et retrouve son amie d’enfance Tatiana, que son histoire reprend. ( Déconnexion /  De plus, l’aspect paradoxal de la phrase (ouvrir les yeux pour mieux les fermer afin de mieux voir) rend le moment encore plus mystérieux. Tout d’abord cet homme, sans identité, qui a tout vu, sait tout, dit avoir assisté à la scène comme il l’affirme « j’étais là ». L’auteur insiste à la fin sur la piste de danse vide. La narration met en effet en lumière sa rivale. On peut percevoir dans ce jeu de regards l’influence du cinéma: caméra qui s’attarderait tour à tour sur les personnages, leurs regards afin de laisser au spectateur/ lecteur le loisir d’interpréter ces regards/ Comme au cinéma, jeu sur le champ: hors champ et contre-champ. Lol Stein se marie, quitte sa ville natale, S. Tahla, a des enfants, paraît confiante dans le déroulement de sa vie et se montre heureuse, gaie. Elle semble comme anesthésiée: “il paraissait …que la souffrance n’avait pas trouvé en elle où se glisser » L 29/ « qu’elle en avait oublié la vieille algèbre des peines d’amour » ou encore le participe « suspendue » L 15 renchérie par le verbe « attendit ». Le regard sature le texte et témoigne parfois de l’évolution des personnages: « les yeux de Michael Richardson s’étaient éclaircis » L 6-7. Le ravissement de Lol. Commentaire Lola Valérie Stein, Tatiana Karl et Anne-Marie sont les trois figures de femme du roman, auxquelles se conjuguent trois figures d'homme, Jacques Hold, le narrateur et amant de Tatiana Karl, Jean Bedford le mari de Lol V. et Michael Richardson Ce texte est l'incipit du roman Le ravissement de Lol V Stein écrit par Marguerite Duras. Le personnage semble à la fois présent et absent de la scène. Au lieu fermé que représente la salle de bal et son cercle succède un lieu ouvert introduit par le complément circonstanciel de lieu « par la porte qui donne sur la plage ». De plus, le souvenir n’apparaît pas tel qu’il est, c’est une sorte de double du souvenir ou du moins d’éléments qui se sont passés au même instant qui semblent ressurgir comme l’indiquent les adjectifs « contigus », « profilantes » « évanouies »  « entrevues ». Incipit du Ravissement de Lol V. Stein de Marguerite Duras : reflet d’un roman anti-narratif Details. Achat Le Ravissement De Lol V. Stein à prix bas sur Rakuten. Il s’agit de la plage, du rivage sur lequel se trouve Lol et le narrateur. Toutefois, cette scène de bal se caractérise par sa modernité et par certains écarts. Cette idée fait écho à la multiplication des négations L 8 et 9 « on comprenait que rien, aucun mot, aucune violence au monde n’aurait eu raison de ce changement ». Le Ravissement de Lol V. Stein, Marguerite Duras. Il devient une sorte de metteur en scène en contribuant à la découverte du lieu. L 31 « il l’avait rejointe et ensemble – avec Lol- tous les trois, ils avaient pris de l’âge ». Il arrive après la fin de la guerre d'Algérie, qui a servit de cheval de bataille à l'écrivaine. Parmi les romans les plus célébrés de la romancière, il est une variation littéraire autour de la vie imaginée d'une femme, vue à travers les yeux d'un homme qui émet des hypothèses et invente des possibilités narratives. Construction du topos : mise en scène narrative 2. Ainsi, l’homme (dont l’identité n’est pas donnée) qui permet l’accès au lieu, a lui aussi une vérité concernant cette scène et cette histoire. Ce roman met en scène un personnage qui reste un mystère pour la romancière elle-même qui déclare que « personne ne peut connaître Lol V. Stein, ni vous, ni moi ». Lol V. Stein, dix-neuf ans, y danse avec son fiancé, Michaël Richardson. Pendant dix ans, l’histoire sommeille et Lol V. Stein semble épanouie. / L 16 « Lol les avait regardés ». On peut comparer le personnage de Lol-V-Stein à l'étranger, de A.Camus . Le narrateur semble avoir trouvé une preuve de la réalité du passé de Lol comme le montre l’utilisation de la phrase affirmative « une trace subsiste ». Jeu de détournement avec les topoi qui fait de ce bal une scène d’abandon flirtant avec la tragédie moderne. ne le sait-on pas ? De l'écolier au professionnel, Contact Surréalisme (1) INCIPIT DE LOL V STEIN Le ravissement de Lol V Stein est un roman écrit en 1967 par Marguerite Duras. Elle a mis un temps à distance sa relation passionnée avec Gérard Jarlot, celui qu'elle surnommera l'Homme menti.Auprès de lui elle a … Ainsi, seule l’identité de  Lol est confirmée « mademoiselle Lola Stein l’infatigable danseuse, dix-sept ans, dix-huit ans, de la Potinière ». Aprcs la période de dix ans la séparant maintenant de la nuit du bal, Lol V. Stein revient habiter ´r S. Tahla ou une situation est offerte ´r son mari. Cette recréation est totale car elle convoque le sens de l’ouïe et rend la scène animée « j’ai entendu les fox-trot », « une blonde riait », « un crépitement » « des cris de mère », « un calme monumental ». Ce récit retrace un véritable bal des regards: jeu d’emboitement des regards: ex le regard de Tatiana sur Michael lui permet de comprendre qu’il a regardé Anne-Marie. G.C. Condition Brand New. Avec Le Ravissement de Lol. Ceci est traduit L 6 par l’anaphore du verbe regarder: « Lol le regardait, le regardait changer ». Il est allé jusqu’à s’incruster dans la mémoire de Lol afin qu’elle ait la sensation qu’il fait partie lui-même du souvenir. Ainsi, on se demande si Lol perçoit réellement quelque chose. – ils ne sont pas plus animés par la parole: « la femme entrouvrit les lèvres pour ne rien prononcer » L 21/ L 33 « ils continuèrent à se taire complètement » + L 46 « ne sachant que faire », – on sait très peu de choses A-Marie Stretter souvent désignée de façon presque anonyme par le GN « la femme ». Elle se tient aussi « un peu à l’écart » L 13, L’auteur exhibe en outre l’idée de FIN: « nuit finie »/ « leur fin avec le jour » L 40/ personnages qui semblent victimes d’un vieillissement accéléré/ fin de la musique du bal: bal où l’on reste malgré le départ des musiciens/ image des boites funèbres renfermant les instruments/ bal où le silence finit par l’emporter + L 44. – sans aucun doute » L 3 dans « Lol sans aucun doute s’aperçut de ce changement »: c’est Tatiana qui interprète, qui suppose avec une marge d’erreur possible. Toutefois, elle est tout de suite remise en question par l’utilisation de la phrase interrogative, du connecteur d’opposition « mais » et par le recours à la forme négative comme le montre cet enchaînement de phrases « Une trace subsiste. Elle représente une énigme pour le lecteur. Lecture analytique n°15 Marguerite Duras, Le ravissement de Lol V. Stein (1964) – extrait n°2 PREMIÈRE PARTIE : Une écriture de l’infime. L’attitude des personnages semble étrange dans cette scène. Une cohérence textuelle au service d’une confusion identitaire Marguerite Duras parle du Ravissement de Lol V. Stein comme d’un roman de l'abolition de la personne. elsa@hugoetbalzac.fr L’histoire de Lola Valérie Stein est racontée par l’homme qui l’aime et qui est le dernier amant de son amie Tatiana Karl. Ceci est renchéri par l’importance accordée à la question du vide: – on note un évidemment progressif des personnages: Lol ne parvient pas à agir (« frappée d’immobilité »). ( Déconnexion /  Estimated delivery 3-12 business days . Sur une programmation musicale de Milena Rousseau et une réalisation de Hanna El Fakir et Denis Soula, lecture de Frank Smith. Far from being the simple narration of a phantasm, Le Ravissement de Lol V. Stein is a phantasmal narrative in which the narrator himself is caught » (42). L’hypallage « sa main s’endort » et la phrase au présent d’énonciation « je dors » installe la scène dans une atmosphère de quiétude. Tatiana aurait tendance à croire que c’était peut-être en effet le cœur de Lol V. Stein qui n’était pas — elle dit: là — il allait venir sans doute, mais elle, elle ne l’avait pas connu. Dépossession progressive d’elle-même. Ainsi L 2 Michael est « sous le coup d’une préoccupation subite si envahissante »: il est accaparé, captif de la situation. De plus, tout l’extrait est raconté avec de nombreuses métaphores montrant la richesse de la vision du narrateur « la vaste et sombre prairie de l’aurore arrive », le couple associé à un « bolide lent », une métaphore filée par l’utilisation du mot « accident » un peu plus loin, ou encore la métaphore « mâchoire primaire de l’amour » qui donne l’image du carnassier, du dévorant, de quelque chose qui peut broyer.